19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 16:12

 

Gordon, S.D. : Pour définir la prière adéquatement on doit employer le langage de la guerre.

Oldham, G. Ashton : La prière est un coup de téléphone au quartier général pour recevoir des ordres.

Baudelaire, Charles 1821-1867 : L'homme qui dit ses prières le soir est un capitaine plaçant ses sentinelles. Après cela, il peut dormir.

Longman III, Tremper : Considérons la prière comme une arme puissante capable de déjouer les plans de Satan et de détruire son œuvre. Envisageons aussi la prière comme le principal moyen de communication avec notre divin général en chef. Lors de la guerre entre l'Iraq et les forces alliées venues au secours du Koweit, le domaine des communications était celui où s'affichait le plus nettement la différence des moyens entre les deux camps. Les alliés étaient en communication constante entre eux et connaissaient à tout moment les positions ennemies grâce à l'emploi des techniques les plus perfectionnées. De l'autre côté, les armées irakiennes ignoraient les mouvements et les positions des forces ennemies et ne parvenaient même pas à communiquer entre elles ni avec leur état-major à Bagdad. D'où la victoire totale et rapide des alliés.

Utilisons la prière pour demander à notre commandant suprême d'ouvrir nos yeux sur tous les aspects du conflit, afin que nous discernions les positions ennemies et obtenions la force de poursuivre le combat.

Job : Job 7:1 Le sort de l'homme sur la terre est celui d'un soldat.

Paul : 2Timothée 2:3 Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus-Christ. 4 Il n'est pas de soldat qui s'embarrasse des affaires de la vie, s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé; 5 et l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a combattu suivant les règles. 6 Il faut que le laboureur travaille avant de recueillir les fruits. 7 Comprends ce que je dis, car le Seigneur te donnera de l'intelligence en toutes choses. 8 Souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité des morts.

2Corinthiens 10: 3 Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. 4 Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. 5 Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ.

Ephésiens 6:10 Fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. 11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. 12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. 13 C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. 18 Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. 19 Priez pour moi, afin qu'il me soit donné, quand j'ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l'Évangile, 20 pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes, et que j'en parle avec assurance comme je dois en parler. 

Éphésiens 6:14 Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture (expression verbale par la parole Jn.12:17, Ep.4:15); revêtez la cuirasse de la justice (justifié ou condamné par nos paroles Mt.12:36-37); 15 mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix (Évangile proclamé en paroles, Ro.10:14-15); 16 prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi (résister à l'ennemi par la parole de la foi), avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; 17 prenez aussi le casque du salut (La foi qui sauve doit être confessée verbalement Ro.10:9-10), et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.

Ouvre ta bouche et je la remplirai Ps.81:10. Que la Parole de Christ habite en vous abondamment Col.3:16 = laissez-vous remplir du Saint-Esprit Ep.5:18.

Gordon, S.D.

La prière permet de chercher en Dieu la force de parler en son Nom et défaire Satan sur le champ de bataille dans l'âme humaine, en dissipant les ténèbres, comme Dieu qui avait fait surgir la lumière par Sa Parole Ge.1:4, Jn.1:5.

Les armes de Dieu sont des armes expressives qui permettent de résister par la foi aux traits enflammés de l'ennemi, comme Jésus l'avait fait avec Satan dans le désert et avec Pierre Mt.16 et en chassant les démons et confrontant les hypocrites.

La prière donne à Dieu un empiètement sur le territoire contesté de cette terre. L'homme en prière, pleinement en contact avec le plan de Dieu, priant avec insistance, cet homme est l'empiètement de Dieu sur le territoire ennemi. L'homme qui se donne totalement à Dieu Lui donne un nouveau sous-quartier général sur le champ de bataille depuis lequel Il peut travailler. Et le Saint-Esprit dans cet homme, sur ce nouvel endroit, insistera sur la retraite de l'ennemi dans le nom victorieux de Jésus. C'est cela la prière.

Rheault, Yvan : Celui qui prie est comme un agent secret qui passe incognito mais sur lequel repose primordialement le succès de toute guerre spirituelle.

Bounds, E.M. : La prière est la force pour vaincre Satan, dominer le péché et défaire l'enfer.

Rheault, Yvan : Satan a juste assez de corde pour faire le tour de la terre, il ne peut s'interposer devant le chrétien qui s'approche du trône de Dieu par la prière.

Wenham : La prédication comme l'épée, est une arme à manier de près, ceux qui se trouvent éloignés ne peuvent être atteints. La prière, comme les armes à feu, tire à plus longue portée, et, sous bien des rapports, est plus efficace.

Dieu avec nous en réponse à nos prières, nous fait triompher de nos ennemis.

Za.10:5 Ils seront comme des héros foulant dans la bataille la boue des rues; ils combattront, parce que l'Éternel sera avec eux; et ceux qui seront montés sur des chevaux seront couverts de honte. 6 Je fortifierai la maison de Juda, et je délivrerai la maison de Joseph; je les ramènerai, car j'ai compassion d'eux, et ils seront comme si je ne les avais pas rejetés; Car je suis l'Éternel, leur Dieu, et je les exaucerai. 7 Éphraïm sera comme un héros; leur coeur aura la joie que donne le vin; leurs fils le verront et seront dans l'allégresse, leur coeur se réjouira en l'Éternel. 8 Je les sifflerai et les rassemblerai, car je les rachète, et ils multiplieront comme ils multipliaient.

Cyprien, évêque de Carthage, -258 : Néanmoins les mauvais esprits adjurés par le Dieu vivant nous obéissent immédiatement, se soumettent à nous, à notre propre puissance, et sont forcés de sortir des corps qu'ils possèdent.

évangéliste allemand réputé : L'esprit disait: «Oh, cette autorité, cette autorité qu'ils ont maintenant reconnu, elle est une chose terrible pour l'enfer!»

Plaidant pour la miséricorde à un autre temps, l'esprit mauvais disait: «Cesser de donner des ordres. Depuis 3 semaines j'ai souffert des tourments insupportables à cause d'eux. Ne dites pas à personne que nous devons céder à cette autorité ... Oh ces prières des croyants ... ils prient toujours, ils n'ont plus peur...»

Whitthier, John Greenleaf : Toutes les chaînes que portent les esprits tombent en morceaux par le souffle de la prière. (Every chain that spirits wear, crumbles in the breath of prayer)

Roberts, Evan : La prière est l'arme indispensable dans chaque aspect de résistance et de lutte contre l'ennemi. Vous ne pouvez résister, ou lutter, ou tenir sans la PRIERE. Elle est une puissante arme défensive et offensive contre l'ennmi spirituel. L'Église, dans son ensemble, n'expérimente pas la victoire sur le diable dans afeces domaines parce qu'elle ne prie pas CONTRE son ennemi.

C'est quand vous êtes engagés dans une lutte contre l'ennemi spirituel que vous deveniez vraiemnt conscient de l'existence de l'ennemi, et que vous prenez conscience du besoin d'avoir des armes pour ls exercer contre l'ennemi.

Pour ce qui est de la prière contre les esprits mauvais nous avons les indications dans les paroles du Seigneur: «Cette sorte ne sort que par la PRIERE et le jeûne».

1Jn.3:8 Dieu demande notre collaboration pour achever le renversement du péché et de Satan, de la même façon que Dieu a eu besoin de la coopération d'Israel pour composer avec les Cananéens.

Dieu dit: «En premier, lie l'homme fort». Ceci implique la prière contre l'homme fort. Coment ce lien a lieu, et qu'est-ce qui peut lier sinon la PRIERE?

Ne confondez pas la foi et les faits. Quand vous proclamez la victoire que le diable est «lié» par la foi, vous devez laisser le temps à Dieu de transformer cet acte de foi en fait.

Si vous marchez d'après les apparences vous admettez comme des faits les oeuvres de l'Adversaire, au lieu des affirmations de Dieu dans Sa Parole.

Bounds, E.M. La prière pour Élie était le moyen de projeter Dieu en pleine force dans le monde.

Ja.5:16 Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. 
17 Élie était un homme de la même nature que nous: il pria avec instance pour qu'il ne plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. 
18 Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.

 

Gordon, S.D. : La prière c'est représenter Dieu dans la sphère spirituelle de ce monde. C'est d'insister sur Ses droits dans cette sphère d'action. C'est se tenir pour Lui avec les pleins pouvoirs venant de Lui.

 

http://www.croixsens.net/priere/combatsp.php

Partager cet article

Published by L'Abbé Benoît - dans Méditation
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 14:55

Le carême est un temps de préparation. C’est aussi un chemin, une route que l’on doit suivre et qui nous permet de « faire le lien ». Le lien avec nous-même, en nous débarrassant du superflu grâce au jeûne, le lien avec Dieu à travers la prière, le lien avec nos sœurs et nos frères en humanité à travers le partage.

Partager cet article

Published by L'Abbé Benoît - dans Méditation
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 14:45

Le carême est un temps de prière. Il s'agit d'une prière qui nous même en présence et à l'écoute permanentes de Dieu. Il s'agit de penser à Dieu en tout et partout. C'est lui qui  nous inspire ce q ue nous avons à faire, comment le faire. sa grâce ne fait aucunement défaut à qui sait compter sur lui et avoir recours à lui.

Partager cet article

Published by L'Abbé Benoît - dans Méditation
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:34

Pour réussir dans le monde, retenez bien ces trois maximes : voir, c’est savoir ; vouloir, c’est pouvoir ; oser, c’est avoir.

 

Alfred de Musset

Partager cet article

Published by L'Abbé Benoît - dans Le Savoir-Faire
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:11

Bonne et heureuse année à tous et à chacune Que Dieu vous garde toujours dans sa joie et dans sa paix tout au long de cette année.

 Abbé Benoît Yélinhan hounton

Partager cet article

Published by L'Abbé Benoît
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 20:00
DE L'EVANGILE DE MATTHIEU :


Mt 14:1- En ce temps-là, la renommée de Jésus parvint aux oreilles d'Hérode le tétrarque,
Mt 14:2- qui dit à ses serviteurs : " Celui-là est Jean le Baptiste ! Le voilà ressuscité des morts : d'où les pouvoirs miraculeux qui se déploient en sa personne ! "
Mt 14:3- C'est qu'en effet Hérode avait fait arrêter, enchaîner et emprisonner Jean, à cause d'Hérodiade, la femme de Philippe son frère.
Mt 14:4- Car Jean lui disait : " Il ne t'est pas permis de l'avoir. "
Mt 14:5- Il avait même voulu le tuer, mais avait craint la foule, parce qu'on le tenait pour un prophète.
Mt 14:6- Or, comme Hérode célébrait son anniversaire de naissance, la fille d'Hérodiade dansa en public et plut à Hérode
Mt 14:7- au point qu'il s'engagea par serment à lui donner ce qu'elle demanderait.
Mt 14:8- Endoctrinée par sa mère, elle lui dit : " Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. "
Mt 14:9- Le roi fut contristé, mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda de la lui donner
Mt 14:10- et envoya décapiter Jean dans la prison.
Mt 14:11- Sa tête fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère.
Mt 14:12- Les disciples de Jean vinrent prendre le cadavre et l'enterrèrent ; puis ils allèrent informer Jésus.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Cet Evangile, qui reprend beaucoup de passages de l'Evangile de Marc (qui avait été écrit vers 65), mais en y ajoutant des éléments qu'il partage en grande partie avec Luc, a été très probablement rédigé entre les années 85 et 90.

A parcourir tout ce Livre, on peut se demander s'il a été composé pour des chrétiens d'origine Juive (Judéochrétiens), ou pour des chrétiens d'origine païenne, ou encore pour les deux. Néanmoins, même s'il a été d'abord écrit pour confirmer une communauté Judéochrétienne dans sa découverte de la Bonne Nouvelle de Jésus, cet Evangile est ouvert également à la mission universelle auprès des païens, et il se termine par un envoi en mission par le Christ ressuscité, avec ces paroles : "allez, de toutes les nations, faites des disciples" (28, 18).

On peut diviser cet Evangile en 11 parties, qui se répondent en sens inverse (la 1ère correspondant à la dernière, la 2ème, à l'avant-dernière, etc...), concentrées autour de la 6ème partie, le "Discours en paraboles", qui sert en quelque sorte de "pivot". Nous obtenons ainsi le découpage suivant :

- Naissance de Jésus et commencement de sa mission (1 - 4)
- Bénédictions et Discours sur la montagne (5 - 7)
- Manifestations de l'autorité de Jésus et de ses appels (8 - 9)
- Discours sur la mission (10)
- Jésus rejeté par "cette génération" (11 - 12 )
- Discours en paraboles (13)
- Jésus reconnu par ses disciples (14 - 17)
- Discours sur la manière de vivre en communauté de croyants (18)
- De nouveau, Jésus manifeste son autorité et ses appels (19 - 22)
- Proclamation de situations malheureuses et Discours sur la venue définitive du Royaume (23 - 24)
- Passion, mort et résurrection (26 - 28)

Cette présentation fait ressortir que cet Evangile est bien rythmé par 5 grands discours de Jésus, dans lesquels l'auteur a concentré la majeure partie de son enseignement. Les 5 discours ont souvent fait penser aux 5 livres de Moïse de l'Ancien Testament. On dit volontiers que, pour Matthieu, Jésus est le "Nouveau Moïse".


Avec notre page, qui se situe dans la 7ème division de l'Evangile de Matthieu (selon le schéma indiqué plus haut), nous avançons dans la partie du ministère de Jésus, au cours de laquelle il commence de se rapprocher de Jérusalem, tout en faisant découvrir à ses disciples le sens authentique, et inattendu pour eux, de sa mission, et en les préparant progressivement à son "heure" de passage au Père en sa passion-mort-résurrection.


2. MESSAGE.

Après les gens de Nazareth, voici qu'Hérode, le Prince de Galilée, s'interroge à son tour, et sans plus de résultats, sur l'identité de Jésus, dont il entend parler des miracles qu'il effectue.

Comme ce roi meurtrier se met à identifier Jésus à Jean-Baptiste, qui serait ressuscité des morts, Matthieu nous raconte brièvement ce que fut le sort de Jean Baptiste, avec cependant beaucoup moins de détails que nous en fournit Marc dans son Evangile.

Cette page nous relate d'abord l'attitude courageuse de Jean, qui n'hésite pas à reprocher son adultère à ce roi, avant de nous montrer les conséquences de la légèreté d'Hérode, qui s'engage sous serment de façon inconditionnelle, et préfère ensuite ne pas perdre la face devant ses invités plutôt que de respecter la vie d'un Prophète qu'il savait pourtant être très populaire.

D'où cette exécution sommaire à la demande d'une femme vengeresse et sanguinaire.

Ce martyre de Jean Baptiste nous est raconté au moment où Jésus vient de se reconnaître publiquement prophète lors de son passage en son village de Nazareth, comme une sorte d'anticipation de ce que sera bientôt de destin terrestre de Jésus lui-même.


3. DECOUVERTES.

Après nous avoir expliqué quelles étaient les racines de l'incroyance, à partir du discours en paraboles de Jésus, Matthieu nous montre, coup sur coup, dans le passage de Jésus à Nazareth, qui précède immédiatement notre page, comme dans cette page elle-même, jusqu'où le manque d'accueil et d'ouverture peut conduire, en matière d'aveuglement, de malentendu (prendre Jésus pour Jean Baptiste ressuscité), ou de meurtre.

Il existe beaucoup de parallélismes entre la mort de Jean Baptiste et celle de Jésus : - tous les deux sont saisis (14, 3 et 21, 46; 26, 50), - tous les deux sont liés (14, 3 et 27, 2), - tous les deux sont exécutés comme des criminels sur l'ordre d'un responsable officiel de gouvernement (Hérode et Pilate), qui se font forcer la main par d'autres et un peu malgré eux (14, 6 - 11 et 27, 11 - 26), - leur corps mort à l'un et à l'autre est ensuite récupéré par leurs disciples qui se chargent de leur inhumation, - tous les deux sont considérés comme prophètes par le peuple (14, 5 - 21, 46).

De plus, dans la mesure où, selon Matthieu (11, 14), Jean Baptiste est identifié à Elie qui serait de retour, selon la prophétie de Malachie en son chapitre 3 , nous rencontrons des situations semblables pour les deux prophètes Elie et Jean Baptiste : aux chapitres 17 - 19 du 1er Livre des Rois, Elie fait des reproches à Achab, tandis que la mauvaise et païenne reine Jézabel cherche à le faire périr, si bien que la comparaison va presque de soi entre Hérode et Achab, d'une part, ainsi qu'entre Hérodiade et Jézabel, d'autre part..

Et ce, d'autant plus que, dans le passage suivant de notre Evangile de Matthieu, Jésus va se comporter exactement comme le successeur d'Elie, le prophète Elisée, en multipliant les pains (14, 13 - 21 et 2 Rois, 4, 42 - 44).


4. PROLONGEMENT.

De même que Jean Baptiste nous est présenté dans tous les Evangiles et les autres écrits du Nouveau Testament comme celui dont la mission prophétique était de préparer les chemins de Jésus le Messie, d'en anticiper le message par son invitation faite à tous de se convertir, comme d'en signifier la mort par sa propre mort de martyr, de même sommes-nous appelés, à notre tour, à reproduire en tous points l'image de Jésus, dans la force et la présence en nous de son Esprit Saint :

Jn 3:27- Jean répondit : " Un homme ne peut rien recevoir, si cela ne lui a été donné du ciel.
Jn 3:28- Vous-mêmes, vous m'êtes témoins que j'ai dit : "Je ne suis pas le Christ, mais je suis envoyé devant lui. "
Jn 3:29- Qui a l'épouse est l'époux ; mais l'ami de l'époux qui se tient là et qui l'entend, est ravi de joie à la voix de l'époux. Telle est ma joie, et elle est complète.
Jn 3:30- Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse.

Ac 13:24- Jean, le précurseur, avait préparé son arrivée en proclamant à l'adresse de tout le peuple d'Israël un baptême de repentance.
Ac 13:25- Au moment de terminer sa course, Jean disait : "Celui que vous croyez que je suis, je ne le suis pas ; mais voici venir après moi celui dont je ne suis pas digne de délier la sandale. "

Rm 8:28- Et nous savons qu'avec ceux qui l'aiment, Dieu collabore en tout pour leur bien, avec ceux qu'il a appelés selon son dessein.
Rm 8:29- Car ceux que d'avance il a discernés, il les a aussi prédestinés à reproduire l'image de son Fils, afin qu'il soit l'aîné d'une multitude de frères.



Seigneur Jésus,
tu nous as annoncé que là où tu serais, là aussi seraient tes serviteurs,
et que la résistance et la persécution que tu avais rencontrées
seraient également le lot de tous ceux qui te suivent,
avec l'assurance toutefois que le Père et toi, dans l'Esprit,
les accompagneraient et les rendraient forts en toutes circonstances :
donne-moi de ne jamais reculer devant toutes les formes de témoignage que tu attends de moi,
et de me laisser conduire, par toi, à proclamer la vérité toute entière de l'amour miséricordieux
que tu es venu accomplir et révéler parmi nous,
comme étant le secret le plus profond du Dieu vivant qui nous sauve. AMEN.

Partager cet article

2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 20:00
DU LIVRE DE JEREMIE :

Jérémie

26.1 Au commencement du règne de Jojakim, fils de Josias, roi de Juda, cette parole fut prononcée de la part de l'Éternel, en ces mots:
26.2 Ainsi parle l'Éternel: Tiens-toi dans le parvis de la maison de l'Éternel, et dis à ceux qui de toutes les villes de Juda viennent se prosterner dans la maison de l'Éternel toutes les paroles que je t'ordonne de leur dire; n'en retranche pas un mot.
26.3 Peut-être écouteront-ils, et reviendront-ils chacun de leur mauvaise voie; alors je me repentirai du mal que j'avais pensé leur faire à cause de la méchanceté de leurs actions.
26.4 Tu leur diras: Ainsi parle l'Éternel: Si vous ne m'écoutez pas quand je vous ordonne de suivre ma loi que j'ai mise devant vous,
26.5 d'écouter les paroles de mes serviteurs, les prophètes, que je vous envoie, que je vous ai envoyés dès le matin, et que vous n'avez pas écoutés,
26.6 alors je traiterai cette maison comme Silo, et je ferai de cette ville un objet de malédiction pour toutes les nations de la terre.
26.7 Les sacrificateurs, les prophètes, et tout le peuple, entendirent Jérémie prononcer ces paroles dans la maison de l'Éternel.
26.8 Et comme Jérémie achevait de dire tout ce que l'Éternel lui avait ordonné de dire à tout le peuple, les sacrificateurs, les prophètes, et tout le peuple, se saisirent de lui, en disant: Tu mourras!
26.9 Pourquoi prophétises-tu au nom de l'Éternel, en disant: Cette maison sera comme Silo, et cette ville sera dévastée, privée d'habitants? Tout le peuple s'attroupa autour de Jérémie dans la maison de l'Éternel.

Texte Bible L. Segond


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Jérémie a vécu à l'une des périodes les plus troublées du Proche Orient. Il fut témoin de la chute d'un grand empire et de l'apparition d'un autre. Au milieu de cette tourmente, le royaume de Juda, aux mains de rois incapables, court à sa ruine pour n'avoir pas tenu compte de ces forces extérieures insurmontables de l'histoire, et y avoir résisté.

Le ministère de Jérémie a duré 40 ans environ, de 627 à 587, et s'adressait à Juda, ainsi qu'aux nations environnantes, pendant cette époque de convulsions politiques. Jérémie est intervenu très souvent. Il fallait, en effet, discerner la volonté de Dieu et chercher sa lumière dans des situations dramatiques.

Parmi tous les prophètes de son temps (Sophonie, Habakkuk, Nahum et Ezéchiel), il fut le seul à percevoir à quel point Dieu aimait son peuple, ainsi que les devoirs du peuple vis-à-vis de Dieu, dans le respect des termes de l'Alliance. Il eut un sens très aigu des différentes déviations qui existaient alors dans la manière du peuple de vivre sa foi en Yahvé.

Son message développait 2 aspects fondamentaux : quelle est la véritable manière de vivre selon Yahvé-Dieu ? Les aberrations des dirigeants de Juda ne pouvaient, selon lui, que le conduire à la catastrophe, pour n'avoir pas suivi le Seigneur dans un discernement des appels des signes des temps.

Son Livre commence par des oracles contre Juda et Jérusalem (1, 4 - 25, 13), et c'est dans cette première partie que nous trouvons le récit de la vocation du prophète, ainsi que ses doutes et états d'âme concernant sa mission, car ces oracles couvrent toute la période de l'histoire dont il fut le contemporain. Une 2ème partie de son Livre traite de la restauration d'Israêl (26,1 - 35, 19). Une 3ème partie nous raconte les persécutions prolongées qu'a subies le prophète vers la fin de sa mission et de sa vie, ainsi que son martyre (36, 1 - 45, 5). Son Livre se termine par une série d'oracles contre les nations (46,1 - 51, 64).


Notre page se situe donc dans la 2ème partie du Livre de Jérémie.


2. MESSAGE.

Ce début du chapitre 26 du Livre de Jérémie ne peut vraiment se lire indépendamment de la suite de ce récit qui se prolonge jusqau'au terme de ce même chapitre.

Jérémie reçoit donc l'ordre formel du Seigneur de prononcer des paroles de jugement sur le Temple de Jérusalem, devant le plus large public possible, et ce, dans l'enceinte même du Temple.

Que doit-il ainsi annoncer sinon que le peuple refuse d'écouter Dieu et les prophètes qu'il envoie, et qu'en conséquence le Temple, qui, de ce fait, n'a plus de raison d'être, sera détruit comme le fut autrefois le sanctuaire de Silo.

Paroles inadmissibles pour les auditeurs du prophète, et qui conduisent à la réaction brutale des prêtres et des prophètes de cour qui se saisissent de Jérémie, lui font part de leur intention de le faire mourir et le traînent devant les magistrats en vue d'obtenir sa condamnation.


3. DECOUVERTES.

Ce passage raconte le même événement que le texte de Jérémie, 7, 1 - 8, 4, dans lequel le prophète déclare que le Temple ne saurait constituer un lieu de protection absolue pour tous ceux qui le fréquentent, avant d'annoncer de la même façon la fin du Temple et sa destruction. On date cet épisode de l'an 609.

Dans le passage parallèle du chapitre 7, le discours de Jérémie est bien plus développé qu'ici, en ce chapitre 26, bien qu'il ne nous y soit pas raconté la réaction agressive et menaçante qui s'ensuivit à l'encontre de Jérémie.

Cette relecture, en ce chapitre 26, de ce discours du prophète sur le Temple peut également se percevoir comme un second récit de la vocation de Jérémie, dont le discours, bien que violemment contesté par ceux qui cherchent à le faire mourir, va être accepté par les magistrats et d'autres membres du peuple rassemblé.

Ce chapitre 26 se divise en trois parties : - 26, 1 - 16 : oracle du prophète et sa mise en jugement, - 26, 17 - 23 : intervention des anciens en faveur du prophète, - 26, 24 : libération de Jérémie.

A noter qu'au verset 3 Jérémie reçoit l'ordre de ne rien retancher des paroles que Yahvé lui demande de proclamer. Moïse avait reçu un ordre semblable en Deutéronome, 4, 2 et 13, 1.

Remarquons qu'avec ce chaputre 26 commence une nouvelle partie du Livre de Jérémie, dont le message ne s'adresse plus désormais dans l'espoir que le peuple l'écoutera, se convertira et évitera l'exil proche, mais prend acte de l'absence de conversion du peuple, qui le conduit à l'épreuve de l'exil, mais dans le but de le préparer à survivre en mettant son avenir avec confiance entre les mains du Seigneur son Dieu.


4. PROLONGEMENT.

Les Evangiles nous montrent Jésus prenant position contre le Temple, qu'il purifie de ses activités de type commercial, dont il annonce également la ruine, ce qui conduira à ce qu'on l'accuse à son procès d'avoir parlé contre le Lieu Saint :
Jean

2.13 La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.
2.14 Il trouva dans le temple les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis.
2.15 Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables;
2.16 et il dit aux vendeurs de pigeons: Otez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.
2.17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de ta maison me dévore.
2.18 Les Juifs, prenant la parole, lui dirent: Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte?
2.19 Jésus leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai.
2.20 Les Juifs dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras!
2.21 Mais il parlait du temple de son corps.
2.22 C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.


Matthieu

24.1 Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions.
24.2 Mais il leur dit: Voyez-vous tout cela? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée.
24.3 Il s'assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question: Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde?
24.4 Jésus leur répondit: Prenez garde que personne ne vous séduise.

Matthieu

26.59 Les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus, suffisant pour le faire mourir.
26.60 Mais ils n'en trouvèrent point, quoique plusieurs faux témoins se fussent présentés. Enfin, il en vint deux, qui dirent:
26.61 Celui-ci a dit: Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours.
26.62 Le souverain sacrificateur se leva, et lui dit: Ne réponds-tu rien? Qu'est-ce que ces hommes déposent contre toi?
26.63 Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit: Je t'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.
26.64 Jésus lui répondit: Tu l'as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.
26.65 Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant: Il a blasphémé! Qu'avons-nous encore besoin de témoins? Voici, vous venez d'entendre son blasphème. Que vous en semble?
26.66 Ils répondirent: Il mérite la mort.

Mais, indépendamment de ces remarques directes contre l'édifice du Temple, Jésus est allé plus loin encore dans son annonce que la fin du Temple et de son culte était bel et bien arrivée avec sa mission définitive d'annonce et d'accomplissement du salut de Dieu, ce que constate également Paul dans son message à plusieurs reprises :

Jean

4.19 Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.
4.20 Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.
4.21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.
4.22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
4.23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.
4.24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité.

1 Corinthiens

6.14 Et Dieu, qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera aussi par sa puissance.
6.15 Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d'une prostituée?
6.16 Loin de là! Ne savez-vous pas que celui qui s'attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair.
6.17 Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul esprit.
6.18 Fuyez l'impudicité. Quelque autre péché qu'un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l'impudicité pèche contre son propre corps.
6.19 Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes?
6.20 Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.

Romains

12.1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.
12.2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.



Seigneur Jésus,
depuis ta venue, ta mort et ta résurrection,
tu es avec nous, tu demeures en nous et nous demeurons en toi,
et donc, ainsi par toi, dans l'Esprit Saint, nous sommes chez le Père :
aprends-moi à vivre sans cesse
de ce que tu me donnes et me partages de ta vie,
et que ce don reçu de toi s'exprime dans une imitation toujours plus réelle de tes gestes et paroles. AMEN.

Partager cet article

1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 20:00
DE L'EVANGILE DE MATTHIEU :


Mt 13:44- " Le Royaume des Cieux est semblable à un trésor qui était caché dans un champ et qu'un homme vient à trouver : il le recache, s'en va ravi de joie vendre tout ce qu'il possède, et achète ce champ.
Mt 13:45- " Le Royaume des Cieux est encore semblable à un négociant en quête de perles fines :
Mt 13:46- en ayant trouvé une de grand prix, il s'en est allé vendre tout ce qu'il possédait et il l'a achetée.
Mt 13:47- " Le Royaume des Cieux est encore semblable à un filet qu'on jette en mer et qui ramène toutes sortes de choses.
Mt 13:48- Quand il est plein, les pêcheurs le tirent sur le rivage, puis ils s'asseyent, recueillent dans des paniers ce qu'il y a de bon, et rejettent ce qui ne vaut rien.
Mt 13:49- Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges se présenteront et sépareront les méchants d'entre les justes
Mt 13:50- pour les jeter dans la fournaise ardente : là seront les pleurs et les grincements de dents.
Mt 13:51- " Avez-vous compris tout cela ? " - " Oui ", lui disent-ils.
Mt 13:52- Et il leur dit : " Ainsi donc tout scribe devenu disciple du Royaume des Cieux est semblable à un propriétaire qui tire de son trésor du neuf et du vieux. "


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Cet Evangile, qui reprend beaucoup de passages de l'Evangile de Marc (qui avait été écrit vers 65), mais en y ajoutant des éléments qu'il partage en grande partie avec Luc, a été très probablement rédigé entre les années 85 et 90.

A parcourir tout ce Livre, on peut se demander s'il a été composé pour des chrétiens d'origine Juive (Judéochrétiens), ou pour des chrétiens d'origine païenne, ou encore pour les deux. Néanmoins, même s'il a été d'abord écrit pour confirmer une communauté Judéochrétienne dans sa découverte de la Bonne Nouvelle de Jésus, cet Evangile est ouvert également à la mission universelle auprès des païens, et il se termine par un envoi en mission par le Christ ressuscité, avec ces paroles : "allez, de toutes les nations, faites des disciples" (28, 18).

On peut diviser cet Evangile en 11 parties, qui se répondent en sens inverse (la 1ère correspondant à la dernière, la 2ème, à l'avant-dernière, etc...), concentrées autour de la 6ème partie, le "Discours en paraboles", qui sert en quelque sorte de "pivot". Nous obtenons ainsi le découpage suivant :

- Naissance de Jésus et commencement de sa mission (1 - 4)
- Bénédictions et Discours sur la montagne (5 - 7)
- Manifestations de l'autorité de Jésus et de ses appels (8 - 9)
- Discours sur la mission (10)
- Jésus rejeté par "cette génération" (11 - 12 )
- Discours en paraboles (13)
- Jésus reconnu par ses disciples (14 - 17)
- Discours sur la manière de vivre en communauté de croyants (18)
- De nouveau, Jésus manifeste son autorité et ses appels (19 - 22)
- Proclamation de situations malheureuses et Discours sur la venue définitive du Royaume (23 - 24)
- Passion, mort et résurrection (26 - 28)

Cette présentation fait ressortir que cet Evangile est bien rythmé par 5 grands discours de Jésus, dans lesquels l'auteur a concentré la majeure partie de son enseignement. Les 5 discours ont souvent fait penser aux 5 livres de Moïse de l'Ancien Testament. On dit volontiers que, pour Matthieu, Jésus est le "Nouveau Moïse".


Avec notre page, nous arrivons au terme du 3ème discours de Jésus, le discours en paraboles. Suite à sa 2ème mission en Galilée, au cours de laquelle Jésus a rencontré de plus en plus d'incompréhension et de difficultés de la part de ses contemporains, qu'il identifie sous le nom de "cette génération", Jésus explique les raisons de cette contestation, et la situe dans la perspective de la réussite finale de sa mission et du plan de salut de Dieu. Et cela, en un discours, fait de 3 ensembles, ou séries, de textes (comprenant : une ou plusieurs paraboles, avec à deux reprises, dans le cas de la parabole du semeur et de celle du bon grain et de l'ivraie, une explication de ce langage des paraboles, et une réinterprétation "allégorique", de ces paraboles). Nous lisons ici le 3ème, et dernier, de ces 3 ensembles.


2. MESSAGE.

Les 2 paraboles du trésor et de la perle de grand prix concernent la recherche et la découverte du Royaume de Dieu, et la mise en oeuvre de tous les moyens dont on dispose pour l'acquérir. L'accent y est mis sur notre vie d'aujourd'hui. Bien que Jésus nous ait dit que le Royaume est "caché" (13, 31 - 33), on peut le trouver, et lorsque c'est le cas, il faut vraiment tout sacrifier pour l'obtenir. Pas question d'être disciple à moitié, où si l'on mesure et compte ses efforts pour suivre Jésus.

La dernière parabole, celle du filet que l'on ramène de la pêche et dont les poissons sont triés, montre bien l'enjeu définitif de la réponse des disciples : nous ne pouvons échapper au discernement en vérité qu'opère le Seigneur sur tous ceux qu'il appelle et dont il est le seul juge.

Jésus conclut son discours en nous assurant que, si nous avons compris ses paraboles, nous avons saisi l'essentiel de son enseignement, et sommes capables, de situer et, en même temps, de dépasser, ce dont nous avons l'expérience, pour y lire un langage sur le Royaume de Dieu.


3. DECOUVERTES.

Sous le nom de "parabole", l'on distingue 3 types de discours : d'abord, la parabole au sens brut, comme celle du semeur, où il n'y a aucun point de comparaison, ni aucune " clé " d'interprétation, dans une " histoire " qui pose une énigme.

Ensuite, la parabole comme récit global, assorti d'une clé telle que : " le Royaume des cieux est semblable à… ".

Enfin, "l'allégorie", qui est un récit où chaque élément est interprété comme signifiant une réalité bien spécifique.

Ainsi le jugement de Dieu, est-il, à la fin de notre 3ème parabole, ré interprété "allégoriquement" en langage "eschatologique" de la fin ultime des temps (avec mention des anges, des justes, des méchants, de la fournaise de feu).

Alors que les 2 premiers ensembles de paraboles de ce discours nous décrivaient, sous différents aspects, la réalité du Royaume de Dieu triomphant en dépit de tous les obstacles et de tous ses aspects de "petitesse" initiale (13, 1 - 43), nos paraboles de ce texte, nous parlent d' acheter, de vendre, de chercher, d'acquérir, en prenant tous les moyens, et d'être ainsi discernés "valables" pour recevoir le Royaume. Cet ensemble final de paraboles est donc de style nettement "exhortatif", nous invitant à une décision ferme.

Quand Jésus parle "d'ancien" et de "neuf", il s'agit, semble-t-il, pour l'Evangéliste, d'une compréhension nouvelle, d'une "relecture", que les disciples font, par la suite, de l'enseignement de Jésus, pour éclairer ainsi des situations toujours nouvelles.


4. PROLONGEMENT.

La réaction de Paul, lorsqu'il a découvert la perle et le trésor :

Ph 3:8- Bien plus, désormais je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. A cause de lui j'ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ,
Ph 3:9- et d'être trouvé en lui, n'ayant plus ma justice à moi, celle qui vient de la Loi, mais la justice par la foi au Christ, celle qui vient de Dieu et s'appuie sur la foi ;
Ph 3:10- le connaître, lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort,
Ph 3:11- afin de parvenir si possible à ressusciter d'entre les morts.
Ph 3:12- Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait ; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.



Seigneur Jésus,
le trésor caché et la perle de grand prix te désignent comme la valeur suprême du Royaume,
car en toi le Père nous est donné, qui, par toi et dans l'Esprit Saint,
nous recrée, nous transforme en Fils à ton image,
et nous communique toutes les richesses de son salut et de sa présence,
qui sont regroupées et unifiées en toi :
donne-moi de vraiment te considérer comme l'unique trésor de mon existence,
face auquel toutes mes autres valeurs deviennent quantité négligeable,
sauf si je parviens à ne voir en elles que des "lieux" particuliers
de ta Vérité, de ta Vie, de ta Lumière, de ta Miséricorde, et de ta Paix. AMEN.

Partager cet article

1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 20:00
DU LIVRE DE JEREMIE :


Jr 18:1- Parole qui fut adressée à Jérémie par Yahvé en ces termes
Jr 18:2- "Debout! Descend chez le potier et là, je te ferai entendre mes paroles."
Jr 18:3- Je descendis chez le potier et voici qu'il travaillait au tour.
Jr 18:4- Mais le vase qu'il fabriquait fut manqué, comme cela arrive à l'argile dans la main du potier. Il recommença et fit un autre vase, ainsi qu'il paraissait bon au potier.
Jr 18:5- Alors la parole de Yahvé me fut adressée en ces termes
Jr 18:6- Ne suis-je pas capable d'agir envers vous comme ce potier, maison d'Israël? oracle de Yahvé. Oui, comme l'argile dans la main du potier, ainsi êtes-vous dans ma main, maison d'Israël!
Jr 18:7- Tantôt je parle, à propos d'une nation ou d'un royaume, d'arracher, de renverser et d'exterminer;
Jr 18:8- mais si cette nation, contre laquelle j'ai parlé, se convertit de sa méchanceté, alors je me repens du mal que j'avais résolu de lui infliger.
Jr 18:9- Tantôt je parle, à propos d'une nation ou d'un royaume, de bâtir et de planter,
Jr 18:10- mais si cette nation fait ce qui est mal à mes yeux en refusant d'écouter ma voix, alors je me repens du bien que j'entendais lui faire.
Jr 18:11- Maintenant, parle donc ainsi aux hommes de Juda et aux habitants de Jérusalem : "Ainsi parle Yahvé. Voyez, je prépare contre vous un malheur, contre vous je médite un plan. Détournez-vous donc chacun de votre voie mauvaise, améliorez vos voies et vos œuvres."
Jr 18:12- Mais ils vont dire : "Inutile! Nous suivrons nos propres plans; chacun agira selon l'obstination de son cœur mauvais."


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Jérémie a vécu à l'une des périodes les plus troublées du Proche Orient. Il fut témoin de la chute d'un grand empire et de l'apparition d'un autre. Au milieu de cette tourmente, le royaume de Juda, aux mains de rois incapables, court à sa ruine pour n'avoir pas tenu compte de ces forces extérieures insurmontables de l'histoire, et y avoir résisté.

Le ministère de Jérémie a duré 40 ans environ, de 627 à 587, et s'adressait à Juda, ainsi qu'aux nations environnantes, pendant cette époque de convulsions politiques. Jérémie est intervenu très souvent. Il fallait, en effet, discerner la volonté de Dieu et chercher sa lumière dans des situations dramatiques.

Parmi tous les prophètes de son temps (Sophonie, Habakkuk, Nahum et Ezéchiel), il fut le seul à percevoir à quel point Dieu aimait son peuple, ainsi que les devoirs du peuple vis-à-vis de Dieu, dans le respect des termes de l'Alliance. Il eut un sens très aigu des différentes déviations qui existaient alors dans la manière du peuple de vivre sa foi en Yahvé.

Son message développait 2 aspects fondamentaux : quelle est la véritable manière de vivre selon Yahvé-Dieu ? Les aberrations des dirigeants de Juda ne pouvaient, selon lui, que le conduire à la catastrophe, pour n'avoir pas suivi le Seigneur dans un discernement des appels des signes des temps.

Son Livre commence par des oracles contre Juda et Jérusalem (1, 4 - 25, 13), et c'est dans cette première partie que nous trouvons le récit de la vocation du prophète, ainsi que ses doutes et états d'âme concernant sa mission, car ces oracles couvrent toute la période de l'histoire dont il fut le contemporain. Une 2ème partie de son Livre traite de la restauration d'Israêl (26,1 - 35, 19). Une 3ème partie nous raconte les persécutions prolongées qu'a subies le prophète vers la fin de sa mission et de sa vie, ainsi que son martyre (36, 1 - 45, 5). Son Livre se termine par une série d'oracles contre les nations (46,1 - 51, 64).


Notre page se situe donc dans la 1ère partie du Livre de Jérémie.


2. MESSAGE.

Le Seigneur invite Jérémie à se servir de ce qu'il remarque du travail d'un potier pour découvrir comment Dieu agit vis-à-vis de son peuple.

Dieu se comporte, en effet, vis-à-vis de son peuple, comparé ici à la glaise dans les mains du potier, avec autant de souplesse et de liberté qu'en manifeste le potier, qui peut sans cesse recommencer l'oeuvre qu'il façonne.

C'est ainsi que le Seigneur peut très bien revenir sur des paroles annonçant des périodes de fécondité ou de condamnation, qu'il a proférées à l'égard d'une nation, et changer du tout au tout les décisions qu'il a prises, pour tenir compte de la façon dont cette nation a répondu positivement ou négativement à son message initial.


3. DECOUVERTES.

Dans ce passage, ce n'est pas le prophète, mais le potier qui accomplit une action symbolique (18, 1 - 4), que Jérémie interprète ensuite.

Un tel changement d'attitude de la part du Seigneur, en fonction de la réaction du peuple à ses promesses ou à ses menaces, est longuement développé dans les chapitres 18 et 33 du livre du prophète Ezéchiel.

De même, la comparaison du potier se retrouve en Isaïe, 29, 16; 45, 9; 64, 7, et surtout dans l'Ecclésiastique, 33, 13 ss. Voir aussi la lettre de Paul aux Romains, 9, 20ss.

Cette page de Jérémie, qui n'est pas reprise entièrement dans notre texte liturgique, se termine par 2 versets supplémentaires (18, 11- 12), dans lesquels le Seigneur indique le projet de malheur qu'il prépare contre Juda et Jérusalem, qu'il invite, en conséquence, à une conversion radicale, invitation qui, cependant, ne sera pas suivie.


4. PROLONGEMENT.

Les menaces de condamnation qui viennent du Seigneur nous sont présentées comme conditionnées dans leur accomplissement par la réponse du peuple, appelé à changer d'attitude face à Dieu. Le Seigneur n'a, en effet, qu'un seul plan , qui est de sauver l'humanité entière.

Cependant, l'obstination quasi permanente à désobéir à Dieu, manifestée par le peuple, va conduire le Seigneur à proclamer la gratuité absolue de son salut, tout en permettant une réponse positive des hommes et des femmes, dont il va finir par changer le coeur, pour y inscrire lui-même l'obéissance qu'il attend (Jérémie, 31, 31 - 34; Ezéchiel, 36, 25 - 27 et Ephésiens, 2, 4 - 10).

Paul reprendra l'exemple du potier (Romains, 9, 20 ss.) pour maintenir l'espérance qu'Israël accueillera un jour le salut de Dieu réalisé en Jésus le Christ :


Rm 11:28- Ennemis, il est vrai, selon l'Évangile, à cause de vous, ils sont, selon l'Élection, chéris à cause de leurs pères.
Rm 11:29- Car les dons et l'appel de Dieu sont sans repentance.
Rm 11:30- En effet, de même que jadis vous avez désobéi à Dieu et qu'au temps présent vous avez obtenu miséricorde grâce à leur désobéissance,
Rm 11:31- eux de même au temps présent ont désobéi grâce à la miséricorde exercée envers vous, afin qu'eux aussi ils obtiennent au temps présent miséricorde.
Rm 11:32- Car Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde.
Rm 11:33- O abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles !



SEIGNEUR JESUS,
EN TOI S'EST ACCOMPLI DEFINITIVEMENT LE PROJET
DE DIEU, QUI NOUS APPELLE A PARTAGER
SA VIE DANS LE DON D'UNE CREATION NOUVELLE,
ET DONT LA MISERICORDE INCOMMENSURABLE S'EST
AINSI MANIFESTEE A NOUS EN TOUTE SON AMPLEUR :
DONNE-MOI, PAR LA PUISSANCE DE TON ESPRIT SAINT,
DE METTRE CONCRETEMENT EN PRATIQUE,
DANS TOUS LES DOMAINES DE MON EXISTENCE,
CETTE INVITATION QUE TU NOUS AS LANCEE AU COURS
DE TON MINISTERE PARMI NOUS : "SOYEZ MISERICORDIEUX,
COMME VOTRE PERE EST MISERICORDIEUX". AMEN

Partager cet article

31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 20:00
DE L'EVANGILE DE MATTHIEU :


Mt 13:44- " Le Royaume des Cieux est semblable à un trésor qui était caché dans un champ et qu'un homme vient à trouver : il le recache, s'en va ravi de joie vendre tout ce qu'il possède, et achète ce champ.
Mt 13:45- " Le Royaume des Cieux est encore semblable à un négociant en quête de perles fines :
Mt 13:46- en ayant trouvé une de grand prix, il s'en est allé vendre tout ce qu'il possédait et il l'a achetée.



POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Cet Evangile, qui reprend beaucoup de passages de l'Evangile de Marc (qui avait été écrit vers 65), mais en y ajoutant des éléments qu'il partage en grande partie avec Luc, a été très probablement rédigé entre les années 85 et 90.

A parcourir tout ce Livre, on peut se demander s'il a été composé pour des chrétiens d'origine Juive (Judéochrétiens), ou pour des chrétiens d'origine païenne, ou encore pour les deux. Néanmoins, même s'il a été d'abord écrit pour confirmer une communauté Judéochrétienne dans sa découverte de la Bonne Nouvelle de Jésus, cet Evangile est ouvert également à la mission universelle auprès des païens, et il se termine par un envoi en mission par le Christ ressuscité, avec ces paroles : "allez, de toutes les nations, faites des disciples" (28, 18).

On peut diviser cet Evangile en 11 parties, qui se répondent en sens inverse (la 1ère correspondant à la dernière, la 2ème, à l'avant-dernière, etc...), concentrées autour de la 6ème partie, le "Discours en paraboles", qui sert en quelque sorte de "pivot". Nous obtenons ainsi le découpage suivant :

- Naissance de Jésus et commencement de sa mission (1 - 4)
- Bénédictions et Discours sur la montagne (5 - 7)
- Manifestations de l'autorité de Jésus et de ses appels (8 - 9)
- Discours sur la mission (10)
- Jésus rejeté par "cette génération" (11 - 12 )
- Discours en paraboles (13)
- Jésus reconnu par ses disciples (14 - 17)
- Discours sur la manière de vivre en communauté de croyants (18)
- De nouveau, Jésus manifeste son autorité et ses appels (19 - 22)
- Proclamation de situations malheureuses et Discours sur la venue définitive du Royaume (23 - 24)
- Passion, mort et résurrection (26 - 28)

Cette présentation fait ressortir que cet Evangile est bien rythmé par 5 grands discours de Jésus, dans lesquels l'auteur a concentré la majeure partie de son enseignement. Les 5 discours ont souvent fait penser aux 5 livres de Moïse de l'Ancien Testament. On dit volontiers que, pour Matthieu, Jésus est le "Nouveau Moïse".



Avec notre page, nous continuons la lecture du 3ème grand discours de Jésus, le discours parabolique, et nous en arrivons presque au terme.

Après la parabole du semeur et son explication, la parabole du bon grain et de l'ivraie et sa reprise, deux ensembles qui ont permis à .Jésus de parler de l'usage qu'il fait de ce langage et de ce qu'il cherche quand il l'emploie, nous rejoignons ici le groupe des paraboles plus courtes comme celles, lues récemment, de la graine de moutarde ou du levain dans la pâte.


2. MESSAGE.

Ces deux petites paraboles sur le Royaume se ressemblent, en effet, très fort. et, à propos de chacune d'elles, on peut se demander si l'accent est d'abord à mettre sur la valeur inestimable du trésor ou de la perle trouvés, ou sur l'attitude de ceux qui vendent tous leurs biens pour se procurer ce trésor ou cette perle.

La réalité va plutôt dans la direction d'une réaction en chaîne : - le premier temps est celui de la découverte de la valeur inestimable de la perle ou du trésor trouvés, et l'éblouissement provoqué par cette prise de conscience. - Le deuxième temps est celui de la décision existentielle à prendre suite à une telle découverte.

La mention de la "joie" d'avoir trouvé le trésor est également importante: le Royaume des cieux est un trésor tellement hors de prix qu'un homme sage va joyeusment tout sacrifier pour lui. Car ce qui est sacrifié n'est pas du même niveau. Et c'est la chance d'une vie, c'est un tournant radical que de le saisir. Il n'y a pas de demi-mesure en ce domaine.


3. DECOUVERTES.

Le "Royaume des cieux" est désormais mentionné au début de toutes les paraboles qui suivent la première d'entre elles, où il n'en était pas question au départ, Jésus ayant commencé tout de suite le récit de sa parabole du semeur sans aucun préambule (13, 3). Il est clair, toutefois, que le thème de la "semence" était porteur de sens dans l'Ancien Testament (Zacharie, 6, 12 - 13, entre autres).

L'expression "Le Royaume des cieux" vise à la fois une réalité objective (ce que Dieu nous propose comme un état de vie avec lui dans la communion à ce qu'il est), et une situation d'aujourd'hui (le Règne de Dieu dans notre vie, avec toutes les conclusions qui en découlent concrètement dans nos comportements, que nous devons accueillir dans une attitude de foi ouverte).

Ces deux aspects sont cependant inséparables. Quand Paul nous dit que l'achèvement définitif du ciel, c'est "Dieu tout en tous", il se situe bien dans cette perspective (1 Corinthiens, 15, 28). C'est dire que le don qui nous est fait et notre attitude alors coïncident, dans le mystère de Dieu communiqué.


4. PROLONGEMENT.

Paul nous donne son témoignage d'attachement à Jésus, qu'il a découvert d'une façon, nous dit-il, qui est la reprise de ce que Jésus nous propose dans ces deux petites paraboles de la perle et du trésor. Relisons ce texte magnifique, qu'il nous vaut la peine de faire nôtre pour situer au mieux, de façon positive, notre rencontre de Jésus le Christ :

Ph 3:7- Mais tous ces avantages dont j'étais pourvu, je les ai considérés comme un désavantage, à cause du Christ.
Ph 3:8- Bien plus, désormais je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. A cause de lui j'ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ,
Ph 3:9- et d'être trouvé en lui, n'ayant plus ma justice à moi, celle qui vient de la Loi, mais la justice par la foi au Christ, celle qui vient de Dieu et s'appuie sur la foi ;
Ph 3:10- le connaître, lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort,
Ph 3:11- afin de parvenir si possible à ressusciter d'entre les morts.
Ph 3:12- Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait ; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.
Ph 3:13- Non, frères, je ne me flatte point d'avoir déjà saisi ; je dis seulement ceci : oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être,
Ph 3:14- et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus.



Seigneur Jésus,
apprends moi à vraiment reconnaître, comme Saint Paul, que je n'ai pas d'autre trésor que toi,
et à vivre tous les instants de mon existence dans cette certitude,
et la découverte sans cesse renouvelée de tout ce que tu es pour Dieu,
comme de tout ce que tu es pour chacune et chacun d'entre nous. AMEN.

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog